Formation en orthographe - LYON (69)

Sans accent ni lettre muette: le "nouvofrancet", une langue pour l'avenir?

Sans accent ni lettre muette: le "nouvofrancet", une langue ...
:
L'Express le mardi 26 janvier 2016 de Mickael Korvin

Après avoir éliminé les accents en 2012, notre contributeur Mickael Korvin revient avec une grammaire et une orthographe entièrement revues qu'il utilise dans son roman L'homme qui se croyait plus beau qu'il n'était, aussi écrit lom qi se croyet plubo qil netet. Il explique sa démarche.

Avec l'omniprésence d'internet et du téléphone portable, la façon dont nous écrivons a changé. N'est-il pas normal que la langue française évolue, elle aussi? Bien sûr que oui! Il en va de sa survie, ainsi que je l'explique sans relâche depuis 2012 à travers mes livres et une dizaine d'articles dans ces colonnes. Oui, il faut bien que chacun s'en rende compte, l'orthographe et la grammaire de notre langue sont absurdes!  

Comment en est-on arrivé là? C'est simple: au commencement, le latin, langue administrative, n'ayant pas les "matériaux" pour retranscrire toutes les sonorités du français parlé, il faut lui trouver des astuces. Au 13e siècle, on crée ainsi les digrammes "an", "in", "on", "un" en supplément des vingt-trois lettres existantes -ce qui oblige, pour la bonne prononciation et différenciation des mots, à intercaler d'autres lettres encore. Et ces dernières s'incrustent, bien qu'elles soient devenues superflues de par l'apparition des accents et de trois nouvelles lettres. 

"Un retard important, mais rattrapable"

Jusqu'à un passé relativement récent -précisément jusqu'à la loi Guizot de 1833- l'écriture de notre langue était libre: les maîtres d'école non seulement n'enseignent pas l'orthographe, mais l'ignorent purement et simplement. Et puis tout à coup, elle devient religion d'Etat. Et on en est encore, en 2016, à l'orthographe incroyablement compliquée de la sixième édition du dictionnaire de l'Académie française, celle de 1835! Quant aux soi-disant réformes officielles au tournant du deuxième millénaire -affectant à peine 0,2% de nos 100 000 mots- elles sont si faibles que personne ne les a remarquées. Résultat: même après une décennie d'études acharnées, beaucoup de francophones ne maîtrisent pas parfaitement le français écrit, alors qu'en deux petits mois, on peut lire et écrire l'italien, l'espagnol, le finnois... Et nous sommes aussi très en retard sur l'Allemagne, le Portugal, la Chine et beaucoup d'autres héritiers de langues jadis encombrées d'orthographes lourdes et illogiques. 

Aujourd'hui, il existe une fracture orthographique dans la société, pire que le précipice du 19e siècle, entre ceux qui connaissaient le latin et les autres. Une fracture sociale et générationnelle, car à l'université les étudiants ont le niveau des premières classes de collège des années 1950. Pour rattraper ce retard, il faudrait qu'ils y passent une bonne partie de leur scolarité, au détriment d'enseignements modernes, ce qui est, plus que jamais auparavant, impensable. Or, une dysorthographie même légère -et là, je ne parle pas des 6% de cas de dyslexies diagnostiquées- est une faiblesse qui, par des réprimandes répétées, peut devenir une maladie qui mène à l'autodépreciation, voir à la dépression. C'est un instrument de discrimination scolaire, puis professionnelle bien sûr. Il est fondamental que la jeunesse consacre du temps aux sciences, à d'autres langues ou à l'informatique plutôt qu'apprendre à épeler "rhododendron" ou "coccyx". 

Le nouvofrancet, "une langue qui fleure bon l'avenir"

J'ai choisi d'utiliser cette nouvelle langue dans l'une des versions en ligne de mon nouveau roman intitulé L'homme qui se croyait plus beau qu'il n'était. En voici la quatrième de couverture, rédigée en "nouvofrancet": 

"lom qi se croyet plubo qil netet: un roman puzle sur une vi san modemploi cete vi est cele dun om entre budapest auschwitz cuba newyork et paris entre le 20e et le 21e siecle guidet par lamour les passions les deuyes pour son 9e roman mickael korvin nous ofre qatrevins senes tombets de la boite de je dun granenfan reveur certenes sons animets dotres sons crueles toutes sons animets drols et crus car mickael korvin est un raconteur distoirs"

Donc, à de rares exceptions près, le nouvofrancet supprime les double-consonnes et les accents. Il favorise la création simplifiée de mots composés nouveaux, l'harmonisation de tout ce qui s'écrit "é", "è", "ait", "aie", "ez", qui deviennent tous "et"; fin des "ph" qui deviennent tous "f"; presque tout ce qui est "au" ou "eau" s'écrit "o"; aucune lettre muette; les verbes et les nombres pluriels se conjuguent avec un simple "s"; tout ce qui est "aine", "enne" ou "ène", s'écrit simplement "ene"; et d'autres simplifications, à découvrir. Il ne nécessite aucun apprentissage et peut être mis en pratique sur-le-champ. 

Hélas, le nouvofrancet sera accusé d'être: 

  • un complot pour instaurer une éducation de base à l'usage de populations intellectuellement inférieures
  • une trahison favorisant l'instauration d'un "basic french"
  • un mépris envers le français moyen pour lequel le bon français est désormais le langage usuel
  • un tripatouillage de l'orthographe, ajoutant ou retranchant à l'intuition
  • une abdication de tout ce qui fait d'une langue un système intellectuel de haut niveau
  • un labyrinthe sans issue qui laisse le lecteur perplexe et l'utilisateur désorienté
  • une falsification qui conduit à une langue infirme et informe
  • une émasculation de la langue réduite à sa seule fonction de communication
  • un gadget qui ne résistera pas à l'épreuve du temps

Que de superstitions! Et surtout un combat d'arrière-garde à l'heure où beaucoup d'hommes d'affaires privilégient l'orthographe du chinois, où beaucoup d'ingénieurs écrivent comme des Martiens, et où la bonne orthographe semble être le dernier des soucis des jeunes générations. 

Mickael Korvin est traducteur franco-américain et auteur de L'homme qui se croyait plus beau qu'il n'était (aux éditions Le Serpent à plumes, janvier 2016)

www.lexpress.fr/education/sans-accent-ni-lettre-muette-le-nouvofrancet-une-langue-pour-l-avenir_1757379.html